Olga Gracia signe "Naza muana Nzambe"

Par redaction

Avec 2000 vues déjà sur Youtube en seulement moins de 7 jours, "Naza muana Nzambe" annonce une belle carrière pour Olga Gracia. Olga Gracia qui chante depuis sa tendre enfance, a fait de la musique sa seconde nature.


Actuellement conductrice de chants au sein de la chorale « Le Réconfort » de la paroisse protestante de l’Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu, au Sud-Kivu, Olga Gracia est sur la voie qu’elle s’est tracée depuis son enfance. C’est non sans hésiter qu’elle a tronqué sa casquette d’économiste de formation pour celle de chantre professionnelle et elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Et comme pour sceller le sort, « Naza muana Nzambe » est à prendre comme le sésame qui lui ouvre la fenêtre vers l’univers gospel congolais qui ne cesse de s’enrichir des belles voix. Parlant de la voix, à travers un soprano coloratura exécuté dans cet opus, celle d’Olga ne rivalise qu’avec les grandes cantatrices d’opéra. Olga affirme ainsi son professionnalisme avec cette œuvre qui intervient après qu'elle ait prouvé son talent en collaborant précédemment dans l'album "Délices" produit avec la chorale « Le Réconfort ». 

Les collines fertiles de la ville de Bukavu nous livrent ainsi une chantre à compter au nombre de cette nouvelle vague de jeunes chantres chrétiens qui annoncent l’évangile de Jésus-Christ par le chant.

La particularité de ce titre est le style exploité : du RnB mêlé à du zouk ce qui lui donne du rythme dansant et mélancolique à la fois. Exécuté en Lingala et en Swahili « Naza muana Nzambe » véhicule un message fort d’espérance aux enfants de Dieu en leur rappelant que de par leur identité, ils ne peuvent et ne devraient que se fier au sang de Jésus-Christ qui coule en eux afin de triompher dans l’adversité a déclaré l'artiste.

Plusieurs amoureux du gospel sont tombés sous le charme que dégagent les sonorités de ce chant qui comme l’affirme Olga, est non seulement une révélation mais surtout une inspiration du Saint-Esprit. Ces derniers adressent sans cesse des messages d’encouragement à l’artiste en lui souhaitant une fructueuse carrière.

Il importe donc de reconnaitre que de par la qualité du chant, les paroles et sa diversité linguistique ces vœux d’un avenir radieux ne peuvent que se réaliser pour Olga Gracia qui se veut la carte postale du Gospel dans le grand Kivu.
 

Mais jusqu'où ira-t-elle ? Seul l’avenir nous le dira. Pour l'heure, il ne faudrait pas qu'elle baisse les bras, qu'elle fournisse encore plus d’efforts et qu'elle ne se contente pas que des résultats encourageant que donne déjà ce premier bébé artistique.

Grâce Kuonyi

Nom