Flamme Kapaya : "J’allais droit vers la tombe. Mes proches collaborateurs m’auraient sacrifiés en 2004."

Par redaction

Un talent né, une virtuose de la guitare, un soliste hors paire. Sa renommée n’a pas eu d’égale dans le monde du Ndombolo, Flamme Kapaya a un parcours jonché de lauriers à faire pâlir de jalousie. Sa vie prend une vitesse de croisière quand en1997 il intègre Wenge Musica Maison Mère, une branche éclatée du phénoménal et mythique groupe musical qui a fait rêver la jeunesse kinoise dans les années 1990. Flamme Kapaya s'impose et impose son style. Il est incontournable. Sa vie basculera en 2004, lorsque face à la mort il fait une rencontre miraculeuse avec Jésus-Christ. Sa vie qui avait atteint la vitesse de croisière devrait penser atterrir suite à un vol périlleux dans une sombre zone de turbulence qui l'aurait emporté dans l'au-delà. Il était presque temps de prendre un nouveau plan de vol, une seconde vie. Gospelmuzik.cd s'est entretenu avec lui : 

 

Gospelmuzik.cd : Flamme KAPAYA, vous n’êtes vraiment pas à présenter auprès du grand public. Qu’est-ce qui a motivé votre conversion ? Abandonner la musique qui vous a fait connaître au monde pour embrasser le gospel ? C’était quoi le projet ?

" "

Flamme Kapaya : Cette question mérite une réponse courte. Comme vous le savez, j’ai longtemps évolué dans la musique mondaine. J’ai servi le monde avec beaucoup de dévouement en jouissant de tout le plaisir qu’il pouvait me procurer. Mais ce que je ne savais pas ce que l’issue finale était ma mort. 

J’allais droit vers la tombe. Mes proches collaborateurs m’avaient désigné pour être sacrifiés, cette année-là, nous sommes en 2004. 

Le Saint-Esprit me révélera la situation et c’est en ce moment précis que j’ai crié à l’Éternel qui m’a miraculeusement sorti de là. Face à cette tragédie manquée, j’avais pris la ferme résolution de recevoir Jésus-Christ dans ma vie et de tout arrêter. Ainsi donc, Jésus-Christ m’ayant accordé ce que j’appelle UNE SECONDE VIE, c’était impératif pour moi de le servir, car ce jour-là, j’étais déjà mort.

" "

Gospelmuzik.cd : Que comptez-vous faire de particulier de cette seconde vie ? Vous comptez poursuivre avec la musique ou vous reconvertir dans un autre domaine ?

Flamme Kapaya : Ce n’est pas ce que je pense faire qui compte, mais c’est ce que Dieu compte faire de moi et veut que je fasse qui compte. En fait, depuis ma conversion, je reste plutôt à l’écoute de Dieu pour faire sa volonté. Christ pouvait dire, je suis venu non pour faire ma volonté, mais celle du Père. Et là, il m’oriente dans l’évangélisation au moyen de la musique. C’est lui qui m’a donné ce don. Là, par exemple, je suis en pleine séance d’enregistrement au studio, mais je devrais absolument interrompre et vous accorder cette interview.

Ce n’est pas ce que je pense faire qui compte, mais c’est ce que Dieu compte faire de moi et veut que je fasse qui compte.

Gospelmuzik.cd : Vous êtes en studio, vous l’avez dit, à quand donc le tout premier bébé de la seconde vie de Flamme Kapaya. Serait-ce un single ou un album ? Et si ce n’est pas un secret, dites-nous combien de titres.

Flamme Kapaya : C’est tout sauf un secret, vu que nous faisons l’œuvre de Dieu. Il faut dire que bien que la date ne soit pas encore fixée, c’est qui est du moins sur c’est que ce sera au cours même de cette année. Le titre de l’album, c’est « EZA LIBANGA » qui se traduit en français par « c’est une pierre ». C’est une œuvre de 12 titres. Le titre « Eza libanga » fait référence au livre du prophète Daniel 2 :34 lorsqu’une pierre est partie du ciel sans le secours d’aucune main pour frapper la statue. Et mon interprétation est telle qu’il s’agit du brisement. Cette pierre, pour moi c’est le seigneur Jésus-Christ, qui m’a brisé et qui m’a façonné à son image.

Gospelmuzik.cd : « Eza libanga » a-t-il connu la participation d’autres artistes « guests » ou plutôt c’est une œuvre exclusive signée Flamme Kapaya ?

Flamme Kapaya : Oui, en effet, il y a quelques artistes gospel qui ont contribué à l’œuvre, seulement nous gardons leurs noms secret pour l’effet de surprise. C’est depuis bien longtemps, il faut le dire que l’Éternel m’a beaucoup inspiré. Les chansons sont écrites et composées par moi. 12, seulement, seront enregistrées.


Gospelmuzik.cd : Vous avez un nom, une image et un talent, qu’allez-vous apporter de nouveau dans le gospel congolais ? Et qui ne soit pas la guitare que vous savez si bien gratter ?

Flamme Kapaya : Avec toute humilité, je dirais que le seigneur qui m’a donné ce don ; lui-même va conduire toute chose. Les frères et sœurs vont découvrir ce que j’apporte de nouveau. Je ne fais rien de moi-même. 
Je sais qu’avec Dieu, nous ferons des exploits. Les gens entendront ce que Dieu a préparé pour son peuple depuis le commencement.

" "

Gospelmuzik.cd : Flamme Kapaya, ce nom, n’est-il pas attaché aux souvenirs de votre ancienne vie ? Ne réveillera-t-il pas des vieux démons ?

Flamme Kapaya : Très bonne question. Plusieurs personnes s’inquiètent, mais je dois dire que Dieu est au contrôle de tout. Vous savez, le témoignage de ma vie est trop long. Je ne pourrais tout dire dans cette interview. Toutefois, permettez que je vous révèle ce qui s’est passé un jour. Dans le processus de ma nouvelle naissance, ma sœur ainée m’a conduit auprès d’une servante de Dieu. En fait, elle s’inquiétait, car je frôlais la folie. Les esprits mauvais me secouaient terriblement. J’étais possédé. Et je devrais passer à une délivrance. Alors arrivés chez cette servante de Dieu, elle me dira que dans son ministère, Dieu a fait de tous les membres des flammes de feu. Quand j’avais interrogé l’Éternel s’il fallait, ou pas garder ce nom-là, Dieu m’a référé au livre de Psaumes 104 : 4 « IL FAIT DES VENTS SES MESSAGERS ET SES SERVITEURS DES FLAMMES DE FEU » et c’était la réponse de Dieu. Je suis toujours Flamme Kapaya au service du grand Roi, Jésus-Christ le ressuscité.
Et Dieu me dira encore : « Je t’avais choisi dès le sein de ta mère. » Je suis serviteur de Dieu, mais j’étais ignorant. Je suis allé m’embourber dans les plaisirs mondains avec risque de perdre ma vie. Mais Dieu m’a sauvé.

Quand j’avais interrogé l’Éternel s’il fallait, ou pas garder ce nom-là, Dieu m’a référé au livre de Psaumes 104 : 4 « IL FAIT DES VENTS SES MESSAGERS ET SES SERVITEURS DES FLAMMES DE FEU » et c’était la réponse de Dieu. Je suis toujours Flamme Kapaya au service du grand Roi, Jésus-Christ le ressuscité.

Gospelmuzik.cd : Un message particulier à vos anciens amis ?

Flamme Kapaya : Le message est simple, court et clair. Le seigneur Dieu Tout Puissant qui a créé le ciel et la terre veut que tout homme soit sauvé et qu’il parvienne à la connaissance de la vérité. Alors, il y a un piège dans lequel je suis tombé. Et je pense que le seigneur a voulu que je puisse sortir de ce piège-là pour interpeller mes frères et sœurs. En fait, avant, je pensais que je pouvais jouer dans les deux mondes. Alors que la Bible est formelle quand elle affirme que NUL NE PEUT SERVIR DEUX MAITRES. L’Eternel Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son fils unique afin que quiconque croie en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Que mes frères n’aient pas peur. Vous savez, les idées reçues sont telles que les gens croient que lorsqu’une personne se converti, se repends, elle devient pauvre, misérable et mendiante. Et beaucoup craignent cela. Moi, je leur dis ceci ; ILS DOIVENT VENIR AU SEIGNEUR. EZA LIBANGA, c’est aussi cela le message. En fait, il s’agit comme je l’avais dit du brisement. 

Le brisement de Dieu est la chose la plus merveilleuse qui puisse, vous arrivez. J’exhorte mes frères à venir au seigneur. Le temps est fort écroulé. 

Dans le livre de Apocalypse il est dit "Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort."
La bible nous révèle que le diable est tellement en colère parce qu’il n’a plus que peu de temps. Que ceux qui auront ce témoignage, puissent se tourner vers le Christ. Il désire que tout homme soit sauvé. Et le jour du jugement dernier, personne ne dira qu’il n’avait pas entendu ce message. Dieu les aime et moi aussi, je les aime énormément.
  

La rédaction 

Nom