Gospel congolais : Jack Malembe plaide pour une industrie musicale et une prise en charge par l'église du Congo

Par redaction

 

Artiste musicien chrétien, conducteur de culte, prédicateur et multi instrumentiste Jack Malembe qui est aussi réalisateur de musique à la fois et ingénieur de son plaide pour une prise en charge effective de musiciens chrétiens par l’église corps du Christ. Il démontre aussi de la nécessité de développer une industrie musicale au Congo. Entrepreneur culturel et "event planner" Jack Malembe s’est entretenu avec gospelmuzik.cd sur l’épineuse question de l’épanouissement des chantres gospel congolais qui laisse à désirer comparativement à ceux d’autres cieux particulièrement ceux du Nigéria.

C’est en observateur et témoin privilégié fort de son experience dans le milieu gospel que Jack nous livre ses impressions sur le gospel congolais et propose quelques voies de sortie.

" "

Gospelmuzik.cd : Quelle lecture faites-vous du gospel congolais depuis les 10 dernières années ?

Jack Malembe : Ma lecture est que notre musique a pu traverser les frontières et a réussi à s'imposer dans le secteur de la musique gospel mondial, ce qui n'a pas était le cas il y a plusieurs décennies en arrière. Après avoir circulé dans plusieurs pays à travers le monde j'ai pu remarquer comment est-ce que la musique gospel congolaise a eu au fil du temps de l'influence au point où nos cantiques de Lingala ont était repris dans d'autres langues et ça c'est très louable.

Gospelmuzik.cd : Vous semblez avoir beaucoup des regrets quant au gospel congolais, qu'est-ce qui dérange ?

Jack Malembe : Je ne dirai pas trop regret mais plutôt un désir de mieux faire parce qu’on a du potentiel énorme qui peut nous placer à un niveau très élevé mondialement parlant, mais il n'y a pas un accompagnement solide comme sous d'autres cieux.

Gospelmuzik.cd : Sur une de vos publications sur les réseaux sociaux vous avez écrit : "Dans une église de 20.000 membres vente CD d'un musicien : 10/5000 cds, vente livre du pasteur : 5000/5000 livres. Trouvez l'erreur... Pouvez-vous être plus explicite ?

Jack Malembe : Les gens s'attardent plus sur la forme mais oublie le fond. Mon post n'avait rien contre les pasteurs ou soit plaider la cause des artistes, le problème se pose au niveau de ce que les chrétiens ont appris en terme de soutien. Vous ne verrez peut être jamais un pasteur demander aux membres de l'église de ne pas acheter les cds du frère de l'église, Non ! Peut-être même pas influencer les membres de son église d'acheter ses livres, mais les membres eux-mêmes n'ont pas cultivés cette culture de soutenir un frère ou une sœur qui sort son album ! D'où, je pense que ce travail doit se faire d'une manière intentionnelle qui revient à apprendre aux chrétiens de soutenir leurs bien-aimés qui font le travail de musique de la même manière qu'ils portent ce soutien aux responsables d'églises (pasteurs).

" "

Gospelmuzik.cd : Plus loin vous posez une question : "pourquoi les pasteurs congolais ne soutiennent pas les musiciens chrétiens comme le font les pasteurs nigérians ? Nous vous  renvoyons la question ?

Jack Malembe : Parce que les anglophones ont une manière très différente de vivre leur vie chrétienne comparativement aux francophones ! Rien qu'en regardant la manière dont plusieurs artistes que nous connaissons à l'exemple de Sinach, Ada, Joe Praise, etc... des grands noms de la musique gospel mondial qui sont membres de l'église du Pasteur Chris Oyakhilome, on peut sentir comment est-ce que l'église s'est impliquée dans le processus de leur propulsion.

"L'idée n'est pas de demander aux pasteurs de commencer à payer les musiciens mais plutôt d'avoir intentionnellement un plan pour l'épanouissement des musiciens de l'église qui manifestent un appel authentique au ministère de chantre.

Gospelmuzik.cd : Vous venez là d'évoquer un point capital, c'est celui de l'appel. Tous ceux qui chantent aujourd'hui, sont-ils appelés à cela? Quand on a un appel, il y a une vision divine qui accompagne l'œuvre et du coup aucune plainte face aux difficultés qui se présentent. Un avis contraire ?

Jack Malembe : Faisons la part de chose: ce n'est pas par ce qu'on est chantre qu'on a automatiquement reçu un appel, tout le monde peut chanter mais lorsqu'il s'agit de l'appel ça devient autre chose parce que là il est question de MANDAT. Aussi, il faut savoir que tous les chantres ne sont pas appelés à avoir un ministère qui porte à exercer dans le corps de Christ universel, d'autres ne seront là que pour exercer dans l'église locale, pas besoin d'aller faire des albums et des concerts car cela est une mission est ça nécessite un investissement différent.

Gospelmuzik.cd : Le monde a beaucoup changé et avec lui beaucoup des concepts nouveaux notamment celui de l'entreprenariat. Et si les artistes qui se lancent dans le gospel, mettez plutôt du paquet pour considérer leur musique comme un gagne-pain. Aurions-nous toujours des pleurs et des plaintes? Et si c'est à ce niveau que se trouve la grande différence d'avec les artistes nigérians ...etc?

Jack Malembe : Dans tous les domaines de la vie il existe plusieurs éléments qui font en sorte que la chose puisse marcher, il en est de même dans la musique ! Je suis désolé de vous dire que ce n'est pas aux artistes musiciens de se cotiser ou même de chercher à mettre du paquet pour leur propre musique !

Dans l'industrie musicale, il n'y a pas que l'artiste, il y a plusieurs entités qui travaillent en coulisses afin que l'œuvre soit visible ; malheureusement ce n’est pas le cas dans notre pays ! Comment voulez-vous qu'un artiste soit en train d'écrire des chansons et en même réfléchir sur comment trouvez les moyens pour rendre ces œuvres disponibles parce qu’il est obligé d'aller chercher lui-même l'argent pour le clip et le studio ?

Certes, en ce moment-ci les choses se présentent de la manière que si un artiste veut faire sortir son œuvre il doit lui-même trouver les moyens pour ça ! Le pire est que dans le monde de la musique gospel nous n'avons même plus des mécènes, ce qui n'est pas le cas dans la musique appelé (profane). Allez y comprendre pourquoi c'est très difficile d'évoluer dans la musique dite chrétienne, plusieurs le font vraiment pour la passion et pas pour l'argent.

" "

Gospelmuzik.cd : Alors qu'elles sont les préalables pour qu'enfin, notre pays puisse avoir une industrie musicale bien sur axée sur le gospel uniquement?

Jack Malembe : En terme global je crois que l'état congolais doit déjà donner l'impulsion dans ce domaine pour qu'on ait enfin des industries musicales congolaises, mais du côté de la musique gospel congolais, j'en appelle aux différents bailleurs de fond chrétien leur demandant d'investir dans la musique gospel qui est un secteur non exploité jusque-là et très prometteur.

Propos recueillis par Nazali Mokristo 

Nom